lundi 29 mai 2017, 00:32
Derniers articles
[#CroisièreCyrano] Jour 6 et 7 – En route pour Cadillac et Arcachon

[#CroisièreCyrano] Jour 6 et 7 – En route pour Cadillac et Arcachon

- Cet article a été lu 1 284 fois -
20150928_075109

7h50 lorsque nous quittons le CYRANO DE BERGERAC. Le départ des bus est donné pour 08h00.

 En ce lundi 28 septembre, notre navire devait prendre la mer, ou plutôt la Garonne, pour rejoindre la petite ville de Cadillac, à 34 km de Bordeaux. L’accostage était prévu pour midi, et l’excursion juste après. Cependant, en raison des forts coefficients de marée ce lundi (110 et 114), la Garonne à marée basse aurait manqué d’eau à l’île de La Lande lors de notre retour, le soir même, pour garantir une navigation en toute sécurité. Cette petite île est située juste après le pont François Mitterrand, au niveau de la commune de Cadaujac. Ne souhaitant faire courir aucun risque à ses passagers, et dans le but de ne pas mettre en péril l’excursion du lendemain si nous rentrions sur Bordeaux à la marée suivante, mais surtout afin de garantir la sécurité de tous, notre capitaine Bruno à pris la décision de rester à quai à Bordeaux aujourd’hui, et de nous envoyer à Cadillac en autocar dès ce matin, afin d’y réaliser notre excursion. L’annonce, faite la veille au soir lors du dîner par le commandant lui-même, a été bien comprise par les passagers. On ne plaisante pas avec la sécurité chez CroisiEurope.

A 08h00, les autocars font route pour Cadillac. Forcément déçus de ne pas faire le chemin en bateau, et même si les bus loués par CroisiEurope sont très confortables et de haute qualité, nous nous imaginons les paysages des rives de la Garonne défilant devant nous, comparés aux paysages urbains à la sortie de Bordeaux. Dès lors, les conversations des passagers se portent… sur les croisières précédentes avec cette même compagnie. En effet, l’armateur alsacien peut compter sur sa clientèle fidèle qui n’a de cesse de vanter, raconter, expliquer et aduler ses qualités. La croisière proposée sur le Douro a fait forte impression, et ceux qui l’ont déjà faite, font saliver d’envie les prochains. Venise a également sa part de rêve et d’envie, et certains consultent déjà les circuits proposés, tablettes numériques en mains. Pour ma part, fan du plat pays qu’est la Belgique, je ne peux que rappeler que CroisiEurope passe également chez nos voisins belges. Au plus grand plaisir des passagers flamands à bord, nous discutons alors des destinations du pays du roi Philippe. Après presque une semaine à bord, les amitiés sont là. C’est cela aussi l’esprit croisière. Nous arrivons sans connaitre personne, nous nous quittons avec les adresses mails et Facebook de nos voisins de cabines, de tables, de sièges de bus ou de transats, qu’ils soient français, belge, canadiens, norvégiens ou suisse … Nous passons l’heure en bus assez rapidement finalement.

La première étape de cette excursion se déroule dans la bastide de Cadillac. Accueillis par notre guide du jour, Esther, nous pénétrons dans la cité médiévale par la porte de la Mer. Esther, d’origine Hollandaise et parlant le néerlandais ce qui a été fortement apprécié par les passagers Belges, passionnée par son sujet, nous explique que cette porte a été nommée de cette façon en raison de sa proximité à la Garonne. Proximité qui lui a joué bien des tours. Dans l’entrée, Esther nous arrête face à une échelle géante, qui correspond en fait à la graduation des crues les plus fortes. La plus remarquable reportée est datée du 7 avril 1770, où Cadillac s’est retrouvée sous 12m50 d’eau. Cette bastide est dominée par le Château de Cadillac, Château construit par le Duc d’Epernon en lieu et place du château original. Protégé par un très large fossé, ce château a également était utilisé comme une prison pour femme au 19ème siècle et fut plusieurs fois incendiés par les pensionnaires en furies… Ambiance ! Architecturalement parlant, le château est classique, rectangulaire, haut… C’est un château magnifique … mais caché par la conciergerie. Vu de face, ce petit bâtiment masque la cour, les jardins et une bonne partie du bâtiment principal … Dommage. Nous passons devant l’hôtel de ville à l’architecture non pas d’époque, puisqu’il a été reconstruit  en pierre sur une vieille halle, initialement en bois (si je me souviens bien ^^)

FotorCreated

La seconde étape programmée par Esther nous amène au Château Simon. Reçu par Anne-Laure Bonnard, nous visitons les installations de ce château produisant sur 38 hectares trois types de vins dans trois domaines différents. A Barsac (appellation Barsac-Sauternes) où nous sommes, sur 17 hectares il est produit du vin composé à 85% de Sémillon, 12% de Sauvignon et 3% de Muscadelle. A noter, que pour la cueillette des raisins il faut attendre l’action précieuse du « Botrytis-Cinérea », c’est à dire l’action de la pourriture noble. Cette méthode unique et ancestrale explique les très faibles rendements et la forte concentration d’arômes de fruits confits. Sur les 21 autres hectares, sur les communes de Budos et Saint Michel de Rieufret, il est produit du Cabernet Sauvignon. Comme lors des autres visites de château, la visite s’est terminée par une dégustation … et quelques achats pour nous tous.

FotorCreated2

Enfin, pour la troisième et dernière étape, Esther nous a emmené visiter le château de Roquetaillade. Et là … Surprise … En effet, alors que jusqu’à présent le terme de château renvoyait à la production viticole avec chais et océans de vignes, Roquetaillade lui, est un château médiéval, encore habité aujourd’hui par la famille propriétaire… depuis plus de 1 000 ans. Trônant fièrement au sommet d’une colline, et au milieu des vaches de Bazas, le château est entretenu et restauré continuellement, afin de le rendre d’époque. La guide nous fait voir l’habitation telle qu’elle était à l’époque, avec les objets d’époque. Nous sommes projetés au temps des chevaliers… Nous sommes les Visiteurs …

DSC_0164

Le fait d’être resté à quai pour cette journée de lundi a laissé du temps aux passagers pour faire quelques emplettes et achats souvenirs dans Bordeaux. Puis à 19h30, le rendez-vous était donné au salon bar pour le cocktail apéritif lançant la soirée de Gala. Le commandant, le commissaire, le chef cuisinier et l’équipe d’animation sont venus trinquer personnellement avec chacun de nous. Pour cette soirée de gala, les membres d’équipage se sont mis sur leur 31 et ont mis de coté le traditionnel uniforme. Le restaurant, à l’ambiance bleuté et feutré, rappelant la décoration du bateau, nous plonge dans l’ambiance d’une soirée spéciale. Au menu du soir, nous nous sommes régalé avec un bloc de foie gras de canard caramel aux épices, un carré de veau aux échalotes et estragon, du cabécou rôti sur toast et pour le dessert, une omelette norvégienne flambée au Grand Marnier. CroisiEurope sait mettre les petits plats dans les grands.

FotorCreated

 Les festivités se sont ensuite prolongées dans le salon bar… pour la très attendue soirée dansante. Et c’est alors que, invité par notre animatrice Golo, j’ai eu l’honneur d’ouvrir « le bal » …. oui oui, en dansant. Après quelques gros fous rires de ma part, et à la vue de mes performances sur la piste, mes amies passagères ont eu l’idée de…. photographier le photographe … :p Après avoir dansé avec une bonne partie de l’Europe et du monde (norvégienne, anglaise, suisse etc …) et après avoir passé une merveilleuse soirée avec les passagers et les membres d’équipage, il est temps d’aller au lit. Demain, c’est excursion à Arcachon pour certains, Cognac pour d’autres. L’esprit croisière, c’est tout ça. Il n’y a que quelques jours nous étions quasiment inconnus les uns pour les autres, et ce soir, nous avons passé une soirée en famille. Même la langue n’a posé aucune difficulté. Sur la piste de danse, la langue, nous l’oublions. Sur la piste de danse, nous vivons dans l’émotion. Sur la piste de danse, nous nous laissons aller à la musique, aux sons, et aux personnes qui nous entraînent dans des tourbillons émotionnels. Les membres d’équipage se prêtent gentiment au jeu. Nous sommes tous dans le même bateau, et nous avons juste envie de partager ces bons moments. Nous avons tous envie de nous souvenir que nous étions à cette croisière dans laquelle nous avons connu et tissé des liens avec des canadiens, des belges, des anglais, des suisses, des français (Bonjour à Marseille). Un mélange culturel où chacun apprend de l’autre.

FotorCreated2

Mardin matin. 09h00.

Après le petit déjeuner, direction le bus pour la journée d’excursion sur le Bassin d’Arcachon pour ma part. Nous sommes 67 à y aller. D’autres ont préféré visiter Cognac. Tant pis, nous aurons plus d’huîtres pour nous 🙂 .

La première étape se déroule à Gujan-Mestras, où nous dégustons des huîtres au Routioutiou. S’en suis ensuite la visite à la maison de l’huître, on nous apprenons les différentes façons de production et d’élevage de l’huître. Si vous avez la possibilité d’y aller, n’hésitez pas. L’endroit vaut vraiment le coup, les guides sont passionnés par leur travail, et la pédagogie employée est très efficaces. Notre groupe d’excursionnistes a quitté l’endroit sourire aux lèvres, heureux d’en avoir appris autant.

L’après-midi a été consacré à une balade en bateau entre l’île aux oiseaux, le cap ferret, la dune du pilat, et le front de mer d’Arcachon. Enfin, notre voyage sur le bassin s’est terminé par l’ascension de la plus haute dune d’Europe, la dune du Pilat.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*